Compte rendu: Atelier Quelles bonnes pratiques pour les offres d’emploi DH?

L’atelier proposé par Solène Roulet, Sophie Pène et Frédéric Clavert s’est déroulé le jeudi 11 juin de 9h30 à 10h30. Compte-rendu de Josquin Debaz.

Cet atelier intervenait dans une actualité où le cas de plusieurs offres d’emploi étaient en débat au sein de la communauté francophone des humanités numériques, notamment sur la liste électronique DH (liste francophone des Humanités numériques). Ces offres présentaient des éléments que les participants au débat trouvaient incohérents ou inconvenants : demandes de compétences très étendues, de formations plurielles très hétérogènes et d’un niveau élevé, pour des salaires très insuffisants et des temps de contrat très courts. Les responsabilités offertes semblaient soit écrasantes soit inexistantes, sans lien avec les projets concernés, qui eux-mêmes pouvaient sembler déjà ficelés ou au contraire complètement vagues, en opposition avec la description des postes. Ce débat s’inscrit dans un contexte plus global de précarité notable des emplois de la recherche, dans lequel les individus acceptent des contrats bien en-deçà de leur niveau de qualification, parce que pérennes ou pour rester dans leur institution, discipline et/ou région.

Plutôt que de rester dans une posture relativement passive d’indignation ou de protestation face à ces annonces, l’atelier proposait une vision plus active avec un certain nombre de proposition à faire relayer par un groupe de travail dédié au sein de l’association francophone des Humanités numériques, Humanistica.

Plusieurs points ont été soulignés :

  • la fiche de poste doit être adaptée à l’autonomie demandée. S’agit-il de recruter un technicien « pur et dur » qui sera chapeauté par le porteur de projet ou plutôt pouvoir poser et conduire une vision scientifique ?
  • dans le domaine des humanités numériques, un poste ne va généralement pas sans moyens, à prendre en compte et à expliciter ;
  • les aspects « immatériels » (par exemple la constitution d’ontologies qui représente une masse de travail et un apport intellectuel peu ou pas visibles mais déterminants) sont parfois plus difficile à appréhender que les rendus matériels d’une fonction pour des personnes extérieures à la communauté ;
  • les qualifications multiples sont souvent un avantage majeur encore peu reconnu, en particulier dans les concours de la fonction publique de recherche et d’enseignement.

À l’heure actuelle, du fait d’une acception souvent large et floue du terme, les humanités numériques peuvent concerner un éventail d’offres d’emploi plus large que nécessaire et pertinent. Il s’agit donc de ne pas s’en tenir à une position d’étiquetage HN, mais bien d’une part de prendre en compte des besoins spécifiques à un projet, et d’autre part de distinguer les compétences d’un profil d’un simple affichage.

Afin d’aider les DRH et de manière générale les personnes en charge de penser et de rédiger les offres d’emploi qui souvent ne maîtrisent pas les éléments qu’elles doivent intégrer dans les fiches de poste proposées, la communauté doit mettre en place un système d’information sur le sujet. Ce dernier doit s’appuyer sur un descriptif de l’existant, à savoir la constitution d’un annuaire professionnel qui permette d’enregistrer les fonctions assurées, les niveaux et les compétences requises et les rémunérations qui y sont associées.


Vous aimerez aussi...