Chercheurs en SHS? Venez à THATCamp Paris!

English version here.

Je me suis plongé dans les Humanités numériques récemment, en 2008, depuis que je travaille au  Luxembourg. J’ai assisté à un certain nombre de conférences (ici, et notamment), participé activement à d’autres et j’en ai même organisé une pour le CVCE.

Une chose m’a frappé. Quand j’expliquais que j’étais spécialiste de l’histoire des banques centrales et de l’intégration européenne lors de ces conférences, mes interlocuteurs étaient étonnés que je m’intéresse aux Humanités numériques. Pourtant, ces dernières me concernent fortement:

Bref, même si aujourd’hui je ne travaillais pas dans une institution orientée vers le numérique, j’aurais besoin de m’appuyer sur une méthodologie du numérique et sur des sources numériques.

Parce que je ne suis pas le seul dans ce cas, la participation des chercheurs en SHS à THATCamp Paris est importante. L’évolution des nouvelles technologies (plus si nouvelles que ça d’ailleurs) et les risques d’obsolescence qui les accompagnent, la transformation du Web en source primaire et secondaire, la question brûlante des données des chercheurs… sont des thématiques parmi d’autres qui ne doivent pas laisser les chercheurs indifférents.

Pour illustrer mon propos, voici un exemple (donné par Dan Cohen, directeur du Center for History and New Media): le nombre de « mémos » dans les archives de l’administration Johnson s’élève à quelques dizaines de milliers. C’est beaucoup, mais c’est exploitable par un seul historien. Depuis les années 1990, l’équivalent du mémo est devenu le courrier électronique. Pour l’administration Clinton, il y en a 40 millions. Comment gérer une telle masse de données? Comment préparer les historiens, sociologues, etc. à exploiter ces archives? Comment faire pression sur les autorités publiques pour qu’elles archivent ces données et les rendent exploitables, à terme, par les chercheurs?

Chercheurs en SHS et ingénieurs de recherche, je vous propose les ateliers suivants:

  • Les sources des chercheurs, des données comme les autres?
  • Le Web, une source infinie? (D’après l’expression de William J. Turkel)
  • Quels besoins numériques pour les chercheurs en SHS?
  • Un atelier plus précis sur les sources orales et leur revalorisation sur le web peut aussi être intéressant.

N’hésitez pas à en proposer d’autres, plus interdisciplinaires ou centrés sur d’autres disciplines. Laissez-nous vos idées dans les commentaires de ce post. Vous pouvez vous inspirer d’une liste non exhaustive des thèmes abordés dans d’autres THATCamp.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Muriel Foulonneau dit :

    Propositions d’ateliers
    – les outils collaboratifs
    – les technologies sémantiques

  1. 7 mai 2010

    […] Pour ma part, j’ai exposé mes motivations sur ce post: Chercheurs en SHS? Venez à THATCamp Paris! […]