Manifeste des Digital humanities

26 mars 2011
Par

Manifeste des Digital humanities

Contexte

Nous, acteurs ou observateurs des digital humanities (humanités numériques) nous sommes réunis à Paris lors du THATCamp des 18 et 19 mai 2010.

Au cours de ces deux journées, nous avons discuté, échangé, réfléchi ensemble à ce que sont les digital humanities et tenté d’imaginer et d’inventer ce qu’elles pourraient devenir.

À l’issue de ces deux jours qui ne sont qu’une étape, nous proposons aux communautés de recherche et à tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs un manifeste des digital humanities.

I. Définition

1. Le tournant numérique pris par la société modifie et interroge les conditions de production et de diffusion des savoirs.

2. Pour nous, les digital humanities concernent l’ensemble des Sciences humaines et sociales, des Arts et des Lettres. Les digital humanities ne font pas table rase du passé. Elles s’appuient, au contraire, sur l’ensemble des paradigmes, savoir-faire et connaissances propres à ces disciplines, tout en mobilisant les outils et les perspectives singulières du champ du numérique.

3. Les digital humanities désignent une transdiscipline, porteuse des méthodes, des dispositifs et des perspectives heuristiques liés au numérique dans le domaine des Sciences humaines et sociales.

II. Situation

4. Nous constatons :

- que se sont multipliées les expérimentations dans le domaine du numérique en Sciences humaines et sociales depuis un demi-siècle. Qu’ont émergé, plus récemment, des centres de digital humanities, qui sont tous, à l’heure actuelle, des prototypes ou des lieux d’application spécifique d’une approche des digital humanities ;

- que le numérique induit une présence plus forte des contraintes techniques et donc économiques dans la recherche ; que cette contrainte est une opportunité pour faire évoluer le travail collectif ;

- qu’il existe un certain nombre de méthodes éprouvées, inégalement connues et partagées ;

- qu’existent de multiples communautés particulières issues de l’intérêt pour des pratiques, des outils ou des objets transversaux divers (encodage de sources textuelles, systèmes d’information géographique, lexicométrie, numérisation du patrimoine culturel, scientifique et technique, cartographie du web, fouille de données, 3D, archives orales, arts et littératures numériques et hypermédiatiques, etc.), ces communautés étant en train de converger pour former le champ des digital humanities.

III. Déclaration

5. Nous, acteurs des digital humanities, nous nous constituons en communauté de pratique solidaire, ouverte, accueillante et libre d’accès.

6. Nous sommes une communauté sans frontières. Nous sommes une communauté multilingue et multidisciplinaire.

7. Nous avons pour objectifs le progrès de la connaissance, le renforcement de la qualité de la recherche dans nos disciplines, et l’enrichissement du savoir et du patrimoine collectif, au-delà de la seule sphère académique.

8. Nous appelons à l’intégration de la culture numérique dans la définition de la culture générale du XXIe siècle.

IV. Orientations

9. Nous lançons un appel pour l’accès libre aux données et aux métadonnées. Celles-ci doivent être documentées et interopérables, autant techniquement que conceptuellement.

10. Nous sommes favorables à la diffusion, à la circulation et au libre enrichissement des méthodes, du code, des formats et des résultats de la recherche.

11. Nous appelons à l’intégration de formations aux digital humanities au sein des cursus en Sciences humaines et sociales, en Arts et en Lettres. Nous souhaitons également la création de diplômes spécifiques aux digital humanities et le développement de formations professionnelles dédiées. Enfin, nous souhaitons que ces compétences soient prises en compte dans les recrutements et les évolutions de carrière.

12. Nous nous engageons dans l’édification d’une compétence collective s’appuyant sur un vocabulaire commun, compétence collective qui procède du travail de l’ensemble des acteurs. Cette compétence collective a vocation à devenir un bien commun. Elle constitue une opportunité scientifique, mais aussi une opportunité d’insertion professionnelle, dans tous les secteurs.

13. Nous souhaitons participer à la définition et à la diffusion de bonnes pratiques, correspondant à des besoins disciplinaires et transdisciplinaires identifiés, qui soient évolutives et issues d’un débat puis d’un consensus au sein des communautés concernées. L’ouverture fondamentale des digital humanities assure néanmoins une approche pragmatique des protocoles et des visions, qui maintient le droit à la coexistence de méthodes différentes et concurrentes, au profit de l’enrichissement de la réflexion et des pratiques.

14. Nous appelons à la construction de cyberinfrastructures évolutives répondant à des besoins réels. Ces cyberinfrastructures se construiront de façon itérative, s’appuyant sur le constat de méthodes et d’approches qui font leurs preuves au sein des communautés de recherche.

Rejoignez-nous !

Les premiers signataires sont les participants de THATCamp Paris.

Consulter la liste des signataires.

You can sign the Manifesto


Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

More Posts - Website

Follow Me:
Twitter

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Manifeste des Digital humanities, THATCamp Paris 2010

37 commentaires pour “ Manifeste des Digital humanities ”

  1. [...] THATCamp Paris, a manifesto for Digital Humanities (I translate from the French below, with a wee bit of a kickstart from Google Translate; I do not [...]

  2. [...] la suite du THATCamp Paris 2010, un manifeste a été rédigé, plusieurs membres du GSPR sont inscrits parmi les premiers signataires, en [...]

  3. [...] Manifeste des Digital humanities [...]

  4. tcp » Twitter Trends le 22 mai 2010 à 20:11

    France : Manifeste des Digital Humanities. Pour comprendre en quoi ça consiste, lire :…

  5. FRAU-MEIGS Divina le 24 mai 2010 à 17:21

    je souhaiterais ajouter ma signature et celle de mon master pro au signataires du manifeste:

    divina Frau-Meigs, professeur, sociologue des médias, directrice, master pro AIGEME (Applications Informatiques: Gestion, Education aux Médias et E-Learning), Université Paris Sorbonne nouvelle

  6. [...] edit: I forgot to mention that there was a THATCamp held in France and the manifest that they produced resonates much more in my hear, this is extremely interesting [...]

  7. Maignien Yannick le 25 mai 2010 à 10:59

    Cher “ThatCamp Paris”.
    Je signe bien volontiers ce manifeste, étant totalement d’accord avec les points 5 à 8 de la Déclaration de ce Manifeste.

    Pour le point 9 (Orientations) “9. Nous lançons un appel pour l’accès libre aux données et aux métadonnées. Celles-ci doivent être documentées et interopérables, autant techniquement que conceptuellement.”, je me permets le commentaire suivant :
    Je viens de participer à une journée organisée par le GFII sur les données publiques, (sous tendue par les avancée du Web de données, Data gov et linked data). Il a été relevé que deux secteurs des données publiques étaient soumises à une exemption du cadre des données publiques au sens de la Directive européenne et de son application en France ( Cf. Le Site de l’APIE qui pilote en France
    cette question des données publiques) : les données de culture et les données de recherche !
    Celles-ci, bien que du domaine public, où produites sur des fonds publics, sont considérées comme ne relevant pas des mêmes obligations d’accessibilité et de ré-utilisation ( mais plus restrictives) que celles émanant des autres secteurs administratifs. Les milieux de la Culture comme des Sciences étant considérés comme étant en quelque sorte un “ayant droit” spécifique propre à restreindre cet accès ou cette ré-utilisation.
    Il me semble que la communauté de Digital humanities devrait intervenir fortement sur ces questions majeures des données publics de la Recherche et de la Culture, sans quoi, les humanités numériques risquent de rester un voeu pieux.

    Le point 14 attire bien sûr mon attention : “14. Nous appelons à la construction de cyberinfrastructures évolutives répondant à des besoins réels. Ces cyberinfrastructures se construiront de façon itérative, s’appuyant sur le constat de méthodes et d’approches qui font leurs preuves au sein des communautés de recherche.”
    Nous appelons qui ?
    Les membres actifs de ThatCamp savent pertinemment de quoi il s’agit. Ce point 14 en dit trop ou trop peu. Le document d’intention était d’ailleurs plus “précis” et semblait faire écho aux perspectives d’une TGIR, initiée par le Ministère depuis décembre 2008, sur les corpus ( http://www.tge-adonis.fr/?Trois-nouvelles-grandes)…. :
    “Nous devons également développer une parole collective, adressée à nos employeurs, mais aussi aux divers organismes de financement et d’évaluation, pour qu’ils reconnaissent et encouragent cette démarche cumulative. S’impose, de ce point de vue, la création d’une cyber-infrastructure susceptible de rendre des services d’exploitation de corpus de sources, de données et de publications, de connecter les corpus entre eux, de les conserver et de les rendre accessibles à très long terme.”

    J’ai plaisir à rappeler aux membres de ThatCamp que cette cyberInfrastructure existe, depuis 2007 (http://www.tge-adonis.fr/?Le-TGE-Adonis-comme-une-Tres), et que de très nombreux acteurs de ThatCamp en sont co-responsables (et donc qu’il est un peu dommage de faire comme si cela n’était…): le TGE ADONIS a investi les moyens financiers, d’expertise et de travail d’une très large communauté (dont au premier chef celle de CLEO) sur tous les points essentiels des questions d’interopérabilité, d’accès, d’archivage pérenne et de réu-utilisation des données (et des documents). Son programme de réalisation (auxquels participent de nombreux acteurs de ThatCamp) est clairement orienté vers le Web de données (CF. Sa réalisation ISIDORE en cours et qui sera livrée en fin 2010 et http://www.tge-adonis.fr/?Les-nouvelles-frontieres).
    Last but not least, Le TGE ADONIS a fait sienne depuis 2007 (bien sûr avec de nombreuses erreurs, écueils, imperfections, critiques, etc…) le souci de construite cette infrastructure à partir des acteurs eux-mêmes, de leurs réalisations, expertises, etc. Ceci à été fait financièrement par le biais d’appels d’offre pour environ 80 projets, mais cette infrastructure distribuée (et non dispersée ThatCamp a raison!) ne pourra se faire effectivement que par une gouvernance fédérative, correspondant bien aux possibilités sociales du Web de la connaissance. Et en effet, il y a encore beaucoup de chemin à faire dans le paysage socialement extrêmement cloisonné des SHS…

    Enfin cet appel à la construction d’e-infrastructure se fait, et c’est heureux dans un cadre européen extrêmement dynamique au sein de la feuille de route ESFRI ( Projets DARIAH, CLARIN, CESSDA, etc.)
    Il faut donc que les initiatives bottom-up comme ThatCamp fassent pleinement leur miel de toutes les opportunités top-down, nationales et européennes.
    Amitiés
    Yannick MAIGNIEN, Directeur du TGE ADONIS.

    • Marin Dacos le 25 mai 2010 à 11:22

      Bonjour,

      ce manifeste a une vocation générale et il sera traduit dans plus d’une douzaine de langues, y compris le latin… il ne pouvait donc pas faire état d’une situation nationale particulière, à un moment particulier. Il n’avait pas non plus vocation à distribuer les bons points, pas plus que les mauvais points, d’ailleurs. Nous espérons que ce manifeste sera repris hors du contexte franco-français ou même européo-européen, ce qui explique qu’il ne fasse mention d’aucun acteur et d’aucun contexte précis, même s’il procède, bien sûr, d’une situation vécue par chacun des acteurs. En revanche, l’implication d’Adonis comme partenaire important de THATCamp Paris a été rappelé à de nombreuses reprises au cours des débats.

  8. [...] of the word”. And it seems like some people agree with me on that, look at the manifest they produced in the French [...]

  9. karl le 31 mai 2010 à 20:20

    Il est difficile de comprendre la volonté du texte pour une personne,qui n’était pas à ce camp et qui lit ce texte sans contexte. Il serait utile pour le contexte de connaître la liste des enjeux à résoudre afin de savoir quelles sont les actions concrètes à mener.

    Certains mots me semblent étranges et teintés d’un bon vieux 15 ans comme « cyberinfrastructure. »

    • Dacos le 31 mai 2010 à 21:49

      Bonjour, ce texte concerne une communauté particulière, celle des Sciences humaines et sociales.
      Le préfixe “cyber” est en effet très daté, mais le concept Cyberinfrastructure a été développé dans un cadre universitaire précis, notamment par l’ACLS, en 2006, puis repris par la suite, pour structurer, pérenniser et diffuser largement les données issues de la recherche, sur le long terme. Cf. le billet de Pierre Mounier, qui en parle très clairement. http://blog.homo-numericus.net/article130.html

      • karl le 1 juin 2010 à 16:51

        OK j’ai lu l’article en questions qui donne un peu plus de pistes. Ce qui m’étonne maintenant est… qu’est-ce qui empêche les individus de passer à l’action.

        Il est loin le temps où les possibilités d’hébergements de sites et de produits d’éditions n’étaient disponibles qu’au sein des institutions (been there, done that. J’ai participé à la création du premier site de l’observatoire de Meudon en 1994).

        L’important est de placer vos contenus en lignes, avoir des URIs pour ce contenu. Ceux qui veulent le faire ne doivent pas attendre les institutions. « L’intention est dans l’action. » Je comprends la recherche du consensus et la volonté d’atteindre des solutions plus générales, mais il est beaucoup plus facile de développer en réalisant du concret et en identifiant les enjeux au fur et à mesure.

        • Marin Dacos le 1 juin 2010 à 17:06

          Ce Manifeste n’est pas le fait de gens qui attendent sagement, sur une péniche, que les choses bougent. La plupart sont engagés, depuis longtemps, dans des travaux de mise en ligne amibitieux, solides et évolutifs. Ils sont bien trop nombreux pour être cités!

    • karl le 11 juin 2010 à 5:06
  10. Patrick Trabal le 1 juin 2010 à 7:28

    Professeur des universités, Univ. Paris Ouest Nanterre, ptrabal[at]u-paris10.fr

  11. [...] la volonté de la communauté à travailler ensemble et d’exprimer les grandes lignes du Manifeste, rédigé collectivement lors de la réunion de [...]

  12. [...] mailing list, and a recognition that the TEI was very much a part of the new enthusiasm for a Digital Humanities agenda in [...]

  13. [...] À l’issue de ces deux jours qui ne sont qu’une étape, nous proposons aux communautés de recherche et à tous ceux qui participent à la création, à l’édition, à la valorisation ou à la conservation des savoirs un manifeste des digital humanities. [...] [...]

  14. [...] académique… l’épistémologie sociologique semble donc fonctionner à rebours donc du manifeste des Digital Humanities. [↩]Voir L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale, La Découverte, 2001. [↩]L. [...]

  15. [...] de discussions et de débats se sont conclues par la rédaction et l’adoption d’un Manifeste des digital humanities, qui peut être consulté (et signé) sur le carnet du THATCamp Paris [...]

  16. [...] better to start than the Digital Manifesto produced at THATCamp Paris on 18-19 May, 2010. Click here for the website and on the image for a scalable [...]

  17. roger malina le 6 juillet 2010 à 13:19

    marin

    tu sera interesser par mon Open Observatory Manifesto

    http://www.leoalmanac.org/index.php/lea/entry/an_open_observatory_manifesto/

    qui a des liens avec ta demarche dont, je cite:

    I would like to advance a new human right and a human obligation:

    1. Each of us has the right to the data that has been collected about ourselves and our own environment.
    2. Each of must contribute to the knowledge construction by collecting and interpreting data about our own world.

    Most scientific data collection is funded by public tax payer funding. The public has a fundamental right to all data collected and funded by the public.

    If we are to change our culture quickly enough to transition to a sustainable one, we must adapt rapidly and we must have the local knowledge to enable this.

    roger malina

  18. Baptiste le 20 juillet 2010 à 16:15

    Bravo pour le Manifeste,

    je m’étonne juste qu’aucun dépôt OAI n’en propose une version stablisée.

    En particulier WorldCat ne donne aucune réponse lors de sa recherche.

    Baptiste

  19. [...] il me paraissait important de rédiger un Manifeste des Digital humanities incluant ce terme en anglais (version anglaise du Manifeste, pour les curieux), pour construire une [...]

  20. [...] dans le temps de cerveau disponible des internautes. Aussi, l’enthousiasme de Google pour la cause des « digital humanities » laisse rêveur. Inutile de reprendre ici les chiffres et les commentaires qui saturent toute la [...]

  21. [...] forme de science, au-delà de ce qu’elle apporte pour le chercheur. On constate bien dans le Manifeste des Digital Humanities, qu’il y a d’abord cette volonté de faire communauté autour de l’intégration de la culture [...]

  22. [...] de présentation. La manifestation s’est également appuyée sur un wiki. On lira notamment le Manifeste rédigé à l’issue du [...]

  23. [...] Manifeste des Humanités Numériques : http://tcp.hypotheses.org/318 [...]

  24. [...] me semble par exemple qu’un chercheur en sciences humaines comme il est indiqué dans le manifeste des digital humanities aujourd’hui ne doit plus seulement répondre au critère 2 et 3 (qualité de sa production et [...]

  25. CELIC » Étudier la culture numérique le 22 septembre 2010 à 12:45

    [...] humanities (à titre d’exemple plus inscrit dans le temps : la rédaction et la diffusion du manifeste des DH dans le sillage du ThatCAMP Paris, en mai dernier), je reste aujourd’hui avec une certaine [...]

  26. Manifeste des Digital humanities | web-1.org le 26 septembre 2010 à 15:03

    [...] : http://tcp.hypotheses.org/318 Edition électroniquedigital humanities, edition électronique ← Media-lab : [...]

  27. [...] humanities (à titre d’exemple plus inscrit dans le temps : la rédaction et la diffusion du manifeste des DH dans le sillage du ThatCAMP Paris, en mai dernier), je reste aujourd’hui avec une certaine [...]

  28. [...] Comment participer ? En rejoignant le manifeste des digital humanities : http://tcp.hypotheses.org/318 [...]

  29. [...] Ce programme s’inscrit dans les efforts de Google pour développer les « Digitals humanities » (leur manifeste est ici). [...]

  30. Vidéoconférence avec Marin Dacos | Kanaga le 4 janvier 2011 à 17:02

    [...] Le 16 décembre 2010 les élèves de seconde qui suivent l’enseignement d’exploration Littérature et Société ont pu rencontrer Marin Dacos par Vidéoconférence. Voilà plus de 10 ans Marin Dacos a fondé le portail revues.org et il dirige aujourd’hui le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) en tant qu’ingénieur de recherches au CNRS. Très fortement impliqué dans la réflexion sur la publication numérique, il est d’ailleurs à l’origine du Manifeste des Digital Humanities. [...]

  31. [...] vanter, mais il faut savoir que nous sommes lauréats du grant Google pour les Digital Humanities (Humanités numériques, pour vous servir). Le sujet qui a rapporté $50000 au Cléo et au LIA peut paraître rebutant : [...]

  32. [...] tous les champs des humanités numériques. Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles le Manifeste des Humanités Numériques, qui fête prochainement son premier anniversaire avec succès et qui peut-être signer en ligne, [...]

L’affiche THATCamp Paris

Calendrier

août 2014
L Ma Me J V S D
« sept    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
AMU-transparent
04P-logo_fmsh_abrege_quadri
ccsd

Carnets de recherche