Atelier : les SIG géo-historiques (Jean-Luc Pinol, Claire-Charlotte Butez et Ian Johnson)

« Démo-SIG pour faire de l'histoire », cc by-nc-nd

CR par Léo Dumont

Dans le cadre du THATCamp Paris de mai 2010 s’est tenu un atelier intitulé « Les SIG géo-historiques » animé par Jean-Luc Pinol, Claire-Charlotte Butez et Ian Johnson.

En préambule à la discussion, plusieurs exemples de réalisation ont été présentés :

Jean-Luc Pinol a d’abord présenté une carte de la densité de la noblesse dans le cadre des recettes des finances à la veille de la Révolution française, ainsi qu’une carte des chefs de ménages juifs à Paris à l’échelle du point adresse.

A été ensuite évoquée l’importance pour les historiens de ne pas perdre de vue l’aspect temporel dans les représentations spatiales.

Avant on produisait essentiellement des cartes pour une seule période, mais l’intérêt des SIG géo-historiques réside dans la possibilité de distinguer des évolutions temporelles des dimensions spatiales.

À ce propos Ian Johnson a abordé la possibilité de croiser différentes couches d’information sur une même carte ce qui permet de faire émerger des problématiques nouvelles.

Dans cette perspective a été présentée la Rumsey Map Collection qui permet de mettre en valeur des cartes anciennes croisées avec des cartes actuelles, notamment via les possibilités offertes par Google Maps.

Dans certains cas les techniques de cartographie permettent des pratiques qui auraient été impossibles sans l’aide de technologies avancées, ainsi la carte d’Angkor n’aurait pas pu exister sans la télédétection.

Cette série de présentations a amené à deux constats en vue des discussions :

  1. Capacité des SIG à faire émerger de nouvelles problématiques dans les sujets de recherches historiques grâce à l’apport de la dimensions spatiale.
  2. Usage des SIG nécessite de se familiariser avec un certain nombre de procédés techniques et de théories issues de la géomatique qui sont trop souvent ignorées des chercheurs en histoire.

L’enjeu de la discussion qui a suivi les présentations s’est porté sur l’identification des besoins en matière de SIG géo-historiques. Ont notamment été évoqués :

  • Le problème essentiel et incontournable de la disponibilité de fonds de carte historiques qui soient directement exploitables dans les logiciels spécialisés.
    L’exemple de la Grande-Bretagne a été donné où le Great Britain Historical GIS propose en libre accès des fonds vectoriels des frontières administratives de la Grande-Bretagne et un certain nombre de tables de données. Un dispositif similaire en France serait très souhaitable.
  • La numérisation des cartes demande des compétences techniques : il faut partir d’une carte ancienne, la caler afin de la géoréférencer, etc…
  • La possibilité d’avoir une gestion unifiée des données géo-historiques. Dans cette optique le grand problème est celui de la gestion des métadonnées qui permettraient l’échange (tout en respectant la paternité des réalisations), l’indexation et la classification des fonds de carte.
  • La question des rapports avec le monde de l’édition. Pour la plupart des éditeurs «carte» rime avec coûts de réalisation très élevés, car ils pensent immédiatement à des réalisations en PAO alors que les SIG permettent une certaine automatisation et donc des économies.
  • L’idée d’une base collaborative où les gens partageraient des données. Mais dans ce cas, il faut prévoir des bénéfices pour ceux qui acceptent de partager leur travail. Peut-on imaginer une forme de retour via des possibilités de publication ?
  • Les archivistes possèdent souvent des ressources cartographiques en interne, mais les historiens n’ont pas toujours le réflexe de les solliciter. Exemple : pour Lyon tous les îlots urbains ont été re-dessinés en collaboration avec les archives départementales.
  • Jean-Luc Pinol a évoqué un projet en commun avec la BNF de mettre à disposition un certain nombre de cartes à l’échelle du canton.
  • Dans certains cas des données sont disponibles en libre accès, mais pas les fonds de carte pour les exploiter. Exemple des recensements anciens disponibles auprès de l’INSEE, mais aucun fonds vectorialisé pour les exploiter. À ce sujet a été évoqué par Jean-Luc Pinol un projet avec Claire Lemercier qui consisterait à mettre à disposition les recensements du XIXe siècle, mais pour ça il faut des fonds de carte.
  • Google Maps offre des possibilités intéressantes pour coupler des cartes anciennes avec les cartes actuelles via les coordonnées géographiques. Cependant ce n’est pas sans certaines limites, en particulier liées à l’absence des découpages administratifs de l’époque ce qui restreint les possibilités de comptage.
  • Présentation d’un «gazetteer» interne au LARHRA. Il s’agit d’une base de données qui répertorie les lieux avec leurs types, leurs localisations et les différents fonds de carte disponibles. A été posée la question d’une collaboration qui permettrait de disposer d’un outil très riche.
  • Évocation du projet Carto Mundi géré par le TGE-Adonis, mais aucune géolocalisation est prévue dans ce projet ce qui le rend difficilement exploitable par les historiens aujourd’hui.
  • Constat que de nombreux laboratoires et centres de recherche ont beaucoup de ressources en interne, mais qu’ils font souvent preuve de frilosité pour partager ces données, même une fois que leurs recherches ont été publiées.

En conclusion a été posée la question de la place des SIG géo-historiques dans le champ des digital humanities, ce qui a amené à distinguer deux enjeux principaux :

  1. Introduire plus largement la notion de «spatial humanities»
  2. Œuvrer pour une libération des données et un travail collaboratif des différents acteurs.

Liens


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 mai 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Jeanne and Marin Dacos, Nicolas Barts. Nicolas Barts said: THATCamp Paris – Compte-rendu de l’atelier sur les SIG géo-historiques (Par Léo Dumont) http://ff.im/-kU9co […]