Atelier conclusif (Frédéric Clavert et Björn-Olav Dozo)

CR Par Frédéric Clavert

En guise d’introduction

voici quelques-unes de mes impressions sur la communauté française des Digital Humanities (DH). En tout premier lieu, elle est diverse, ce qui est une caractéristique partagée avec la communauté mondiale des DH. Elle est ancienne: certains citent déjà leur maître – notamment J.-P. Genet. Cette ancienneté est peu étonnante. En effet, le premier article d’histoire évoquant l’utilisation de procédés informatiques date de 1959(François Furet et Adeline Daumard, “Méthodes de l’Histoire sociale: les Archives notariales et la Mécanographie,” Annales ESC 14, no. 4 (1959): 676-693). En conséquence, il faut rejeter certains discours tendant à nier l’existence des DH dans l’Europe et le monde francophones. Enfin, il est clair qu’il existe certains domaines où cette communauté francophone est plus spécialisée: les fonds iconographiques et l’édition électronique. En outre, force est de constater que la TEI est bien implantée.

La Communauté francophone des DH est-elle prête à s’organiser? Avant de répondre à cette question, je regroupe ici mes réflexions en plusieurs thèmes, sans ordre hiérarchique.

Gérer l’abondance

Il y a abondance de bases de données pour l’historien, de données tabulaires, de corpus, d’applications utilisables pour la recherche (l’atelier « Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS? » Avec Stéphane Lamassé et Philippe Rygiel a évoqué l’abondance des packages pour R). Cette abondance nous oblige à un retour: qu’est-ce que l’information des SHS dans un monde d’abondance? Comment définit-on cette information?

Comment, surtout, gère-t-on cette abondance? Le cœur de la gestion de l’abondance sont les données, d’où l’expression de Marin Dacos: « Coder, mais surtout encoder », c’est-à-dire favoriser l’interopérabilité. Cette dernière, au-delà de ses aspects techniques, pousse à une réflexion sur ce qui doit être mis en commun au sein du « petit peuple de la recherche » en SHS. C’est ici que l’on évoque le gros mot de « Cyberinfrastructure » de la recherche.

Une cyberinfrastructure pour la recherche en SHS?

Plusieurs ateliers ont vu se dérouler des débats sur la notion de cyberinfrastructure. Ce débat ne me paraît pas clos. Une cyberinfrastructure est-elle possible? Si oui, quelles sont les modalités de cette cyberinfrastructure? Il faut implanter ce qui marche, ce qui a déjà marché. Une cyberinfrastructure ne peut être imposée du centre, sinon elle ne fonctionnera pas. D’une certaine manière, il faut suivre le cycle de l’innovation: survivront les innovations qui nous seront les plus utiles – ce qui évoque à l’impénitent historien de l’économie qui a écrit ces lignes le processus de destruction créatrice de Schumpeter.

Qu’est-ce que l’écriture numérique?

Le débat sur l’écriture scientifique est ancien. Avec le logiciel, il reprend une vigueur certaine. Le logiciel doit-il être considéré comme une écriture scientifique en sciences humaines et sociales? Le logiciel est écrit, finalement, comme un ouvrage scientifique: avec une problématique, avec des choix à opérer… et d’une certaine manière avec des notes de bas de page (la documentation, les commentaires, l’utilisation pour l’open source de codes issus d’autres développements).

Au-delà du logiciel, il existe une écriture numérique: le développement lui-même, l’encodage, la documentation des logiciels, la littérature grise numérique (blogs, facebook, twitter…). Cette écriture numérique ne fait pas l’objet d’une rémunération symbolique. Elle n’est pas réellement reconnue comme acte scientifique, comme publication SHS à part entière. Cette absence de reconnaissance est un problème, particulièrement pour les jeunes chercheurs, sans poste, souvent confrontés à des jeunes chercheurs en poste, plus conservateurs. Ceci rejoint la thématique de l’atelier « Les enjeux du numérique pour les jeunes chercheurs en SHS: visibilité, citabilité, pérennité… » animé par Karim Hammou et Émilie Bremond, auquel je n’ai malheureusement pas pu participer.

À cette question de l’écriture numérique et de sa reconnaissance, je rattache celle de la boîte noire. Si nous reconnaissons l’écriture numérique comme une écriture à part entière, comme une démarche problématisée, nous mettons fin à la logique néfaste de boîte noire, c’est-à-dire la logique du logiciel dont on ne sait pas comment il fonctionne. Or, si l’on sait comment un logiciel fonctionne, comment il a été développé, nos données précieuses sont plus crédibles, sont plus scientifiques car elles ont été traitées de manière transparente. Notre démarche globale est alors plus scientifique. Comprendre la boîte noire nous pousse à nous réinterroger sur notre rapport aux sources, celles des centres d’archives ou celle des logiciels… De mon point de vue, le complément de cette démarche est l’open source, ou même le logiciel libre.

Savoir-faire et coût d’acquisition de ce savoir-faire et des données

Dans plusieurs ateliers, les participants de TCP ont insisté sur la transmission des savoir-faire numériques. Un rôle a émergé, celui des passeurs, des médiateurs, définis comme ceux qui ont une double compétence ou une compétence SHS et une forte culture informatique. Le rôle des médiateurs nous renvoie à la division du travail entre SHS / médiateurs / sciences dures. Il soulève aussi la question du vocabulaire commun à tous. La division du travail joue sur le coût d’acquisition des données, ce qui est une question déterminante. L’intelligence des logiciels est aussi importante au regard du coût d’acquisition des savoir-faire: en effet, une application intelligente permet de limiter ce coût, de limiter l’investissement dans la formation.

Les bonnes pratiques, évoquées notamment par Véronique Ginouvès lors de l’atelier sur les sources orales et le web, doivent servir à la transmission des savoir-faire et ne pas dériver en cadre contraignant et conservateur.

Collaboratif

Le travail collaboratif, outre l’atelier sur les outils collaboratifs, a été évoqué dans de nombreuses sessions:

  • Le défi du stockage collaboratif et cumulatif de l’information historique. Quelle modélisation pour l’information historique ? / The challenge of collaboratively modeling and storing historical information. Réflexions et discussion à partir de l’expérience du projet SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique) (Francesco Beretta et Pierre Vernus)
  • Atelier sur les outils collaboratifs,
  • Atelier TEI,
  • Analyse de données en ligne : quels intérêts et avenir pour les SHS ? / Analysis of online data: the benefits and future for human and social sciences (Stéphane Lamassé, Philippe Rygiel)

Les outils collaboratifs sont entendus comme cumulatifs, participatifs. Ils posent la problématique du partage et des enjeux du travail collaboratif: pourquoi collaborer? Quel risque? La conclusion des discussions auxquelles j’ai participé est qu’il y a nécessité d’un intérêt commun mais aussi individuel à partager et à travailler ensemble.

Peut-être y a-t-il aussi un intérêt économique à travailler collaborativement: le partage peut être un moyen de diminuer les coûts de la recherche, car il peut nous éviter une dispersion des moyens. Il existe beaucoup de projets aujourd’hui, qui utilisent des logiciels variés et dépensent des ressources à leur développement.

Le travail collaboratif pose aussi la question du crowdsourcing et de l’intégration dans ces outils collaboratifs de l’ensemble des métiers de la recherche mais aussi de personnes extérieures à la recherche, ce qui pousse à s’interroger sur la relation entre science et citoyen.

Il interroge également les méthodes d’élaboration des logiciels et des projets numériques : pour Ian Johnson, il faut gravir un échelon à la fois, mettre au point une « méthode des petits pas » pour la recherche, ou, pour le dire plus rigoureusement, une démarche itérative.

Méthodes scientifiques

Dernier point que j’aimerais évoquer, la question des méthodes en SHS. Elles évoluent avec le numérique. Il existe deux attitudes vis-à-vis de ces évolutions: ceux qui prônent un pragmatisme (on verra bien…) et ceux qui pensent que la réflexion sur les méthodes doit s’engager au plus vite. Bien que pensant que ces deux attitudes ne sont pas inconciliables, je préfère éviter d’intervenir dans ce débat.

Ce qui est certain, c’est que l’administration de la preuve en SHS va évoluer, car on n’administre pas la preuve par le codage d’un logiciel de la même manière qu’on l’administrait avec une note de bas de page (qui reste tout de même utile, bien évidemment). L’utilisation (souhaitable pour notre part) de logiciels libres et du travail collaboratif pousse à réfléchir sur l’ouverture des sources (dans tous les sens du terme) des chercheurs. Cette ouverture n’est pas nouvelle, mais devrait aller plus loin grâce aux DH, du moins nous l’espérons.

Enfin, la question de la modélisation de l’information en SHS nous force à réfléchir à ce que l’on veut faire, à réfléchir sur notre objet. Elle nous pousse à redéfinir ce qu’est une source (au sens non-informatique du terme), notamment en histoire. L’esprit critique, base de nos sciences humaines et sociales, ne sera pas affaibli par les humanités numériques, bien au contraire.

En guise de conclusion : voulons-nous travailler ensemble ?

J’en reviens à mon introduction et à la question au cœur de THATCamp Paris: « Voulons-nous, acteurs ou observateurs des Digital Humanities, travailler ensemble ? »

Oui.

Car nous ne voulons pas nous laisser enfermer dans des usages imposés par le haut (doute sur les cyberinfrastructures). Car nous ressentons tous la nécessité de nous mettre d’accord sur certaines bases de travail, sur un socle suffisamment souple pour accueillir des projets variés. Car nous voulons intégrer de nombreux savoir-faire, de l’interdisciplinarité, mais aussi des corps de métier différents et des statuts différents: les DH doivent rassembler l’ensemble du « petit peuple de la recherche » en SHS. Car nous avons des intérêts en commun: nous avons besoin de mutualiser notre expérience (Projet Plume), de nous assurer de l’interopérabilité des données (« Moins investir dans le code, plus investir dans l’encodage »). Car une nouvelle division du travail est devenue nécessaire – le chercheur seul ne peut survivre en environnement numérique. Car pour cette nouvelle division du travail, nous avons besoin d’un vocabulaire commun, de moyens de communication entre les divers éléments de la communauté, bref, d’une culture commune.

Enfin, après une discussion avec Hervé Le Crosnier sur l’université française (et européenne en général), je crois que la communauté des DH doit faire exemple. Dans une institution universitaire qui est soumise à un stress permanent depuis le début des années 2000 (processus de Bologne, LRU pour la France, commentaires récurrents sur l’idiot classement de Shangaï, difficiles débats sur l’évaluation de la recherche… cette énumération est contextuellement française mais pourrait être généralisée à de nombreux pays européens), la jeune communauté des DH doit se montrer comme un exemple d’ouverture, de dynamisme au sein d’institutions de l’enseignement et de la recherche tentées, pour se protéger, par un conservatisme croissant.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 mai 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Frédéric Clavert, Frédéric Clavert, FCL, thatcampparis, FCL and others. FCL said: RT @inactinique: Mes notes pour l'atelier conclusif de THATCamp Paris http://tcp.hypotheses.org/336 #thatcamp #tcp […]