Atelier : quelle modélisation pour l’information historique ? (Francesco Beretta et Pierre Vernus)

CR par Frédéric Clavert

En histoire, il existe de fortes potentialités pour le travail cumulatif et collaboratif. En pratique, lorsque l’on regarde les projets ANR de développement de bases de données, on s’aperçoit qu’au final le travail est peu cumulatif. Pourquoi ? Parce que les données sont mal structurées, parce les sources des informations stockées dans les bases de données ne sont pas toujours correctement indiquées… Que peut-on y faire ? On peut réfléchir à ce que l’on veut faire : transcrire complètement les sources, dépouiller une série de manière systématique, ou mettre en ligne des documents d’origines diverses pour les croiser. Dans le cadre de cet atelier, on parle de cette dernière possibilité. Mais dans les trois cas, il faut réfléchir sur son objet donc il faut le modéliser.

Pour modéliser, certaines règles doivent être respectées. Les animateurs de l’atelier ont choisi le formalisme de modélisation « entité-association ». Cela demande une certaine rigueur, notamment car il faut écarter dans un premier temps ce que l’on veut voir in fine et réfléchir à l’objet et aux relations qu’il entretient. Le but de cette modélisation est de dépasser le cas singulier d’une seule source /d’un seul projet, afin de mettre en place un système permettant le stockage collaboratif d’informations provenant de recherches diverses.

Il devient alors nécessaire de se poser une simple question : qu’est-ce qu’un source en histoire ? Le système élaboré doit être ouvert et, dans ce but, la modélisation doit concerner chaque type d’information, donc chaque type de source historique.

Les animateurs – Francesco Beretta et Pierre Vernus), qui ont présenté le système SyMoGIH (Système Modulaire de Gestion de l’Information Historique), ont d’abord voulu montrer une méthode, qui peut intéresser d’autres historiens, et sur le fait que tout système de ce type pose la question de la relation aux autorités et institutions, concerne l’enjeu de la fouille de données, ainsi que la question du moissonnage. Le but est de renforcer une pratique collective dans le cadre d’un système ouvert.

Plusieurs problématiques ont intéressé les participants à l’atelier : qui valide la saisie ? Tend-on vers un système d’information historique ? La dernière partie de la discussion s’est focalisée sur la question du partage et du travail collaboratif, notamment. Pourquoi faire travailler les gens ensemble ? Il faut qu’ils aient un intérêt individuel à le faire d’après Hervé Le Crosnier. La question du partage et du crowdsourcing pose aussi le problème de la relation entre recherche et société, entre personnes liées à la recherche et grand public.

Liens

Visuels de l’atelier

Description de l’atelier


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 mai 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Frédéric Clavert and FCL, thatcampparis. thatcampparis said: Compte-rendu de l'atelier "Modélisation de l'information historique" http://tcp.hypotheses.org/341 #tcp #thatcamp […]