Commentez! Compte-rendu de la réunion préparatoire du 4 février 2015

Nous publions ici le compte-rendu de la réunion préparatoire à THATCamp Paris 2015. N’hésitez pas à nous faire part de vos commentaires.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Suzanne dit :

    Merci pour ce compte rendu très instructif! Je regrette vraiment de ne pas avoir pu venir! Je suis d’accord avec le fait que le système ThatCamp s’essoufle un peu et qu’il faudrait revoir les enjeux…notamment en fixant des objectifs aux ateliers, non pas en termes de non-actes ou de pad collaboratif mais peut-être en cloturant les ateliers par des tests/mises en application, des créations spécifiques, projets à développer, équipe de travail, etc. On pourrait envisager le ThatCamp comme un événement en deux temps : se retrouver et échanger sur des problématiques (comme c’est déjà le cas) puis X mois après, conclusions sur des tests, suggestions, etc. Pour que ce ne soit pas un événement unique mais qu’il amène sur des « équipes de travail » avec présentation des travaux sur le carnet de recherche.
    Quant aux thèmes, celui sur l’histoire de l’art est effectivement trop restrictif mais on peut l’élargir avec l’idée des expérimentations artistiques pour faire le lien avec le #DHIHA6. La question des archives me semble déjà très souvent traitée… ou peut-être faudrait-il un axe un peu spécifique.
    Enfin, concernant l’IHA, le projet de cloturer le ThatCamp tout en introduisant le #DHIHA6 semble toujours une très bonne idée! Cela permettrait de présenter cette semaine comme la semaine des DH à Paris avec 2 événements complémentaires. Nous restons disponibles pour en parler!

  2. Heureux de trouver,comme historien du culturel, un cadre où échanger. J’aimerais participer au ThatCamp et soumettre les idées et surtout les pratiques que j’essaie de développer au Château des Lumières à Lunéville aux critiques et aux suggestions venant d’autres champsdisciplinaires et d’autres expériences. J’ai rassemblé quelques idées dans un texte un peu « programmatique » (pour l’histoire culturelle http://www.ihce.eu/UserFiles/File/didier-francfort-pour-une-epistemologie-du-streaming-ihce(1).pdf) mais je serais partant pour, dans un nouveau cadre, tester ce que je fais à propos du goût et des cultures musicales autour d’un juke-box imaginaire. Par ailleurs, le château des Lumières à Lunéville et l’institut d’histoire culturelle européenne-Bronislaw Geremek qui y travaille offrent un cadre original et ouvert pour des rencontres.