Pour une histoire longue des humanités digitales

Le but de cet atelier est de réaliser une perspective longue des humanités digitales en la faisant débuter dans les siècles passés ou les méthodes de traitement de l’information notamment la constitution des index avait amorcé une tendance de traitement du texte sous forme d’unités nouvelles afin de faciliter l’accès à la connaissance, notamment pour pouvoir la retrouver plus aisément et de manière la plus rapide possible. Ces méthodes de lecture non linéaires furent régulièrement soumises à la critique du fait du caractère non exhaustif. Elles marquaient également une tendance à trouver des moyens efficaces pour parvenir à accéder à la connaissance et à de l’information ciblée dans des contextes où les sentiments de surabondance apparaissaient chez les lettrés des époques antiques, médiévales et modernes, ce que démontre notamment Ann Blair dans son ouvrage Too Much, Too Know.

De la même manière, nous souhaitons retracer d’autres perspectives tout juste esquissées dans la petite histoire des humanités digitales (Le Deuff, Clavert) en ce qui concerne les possibilités comptables et statistiques comme moyen de faire d’améliorer la recherche en Sciences Humaines et Sociales. L’objectif est donc de montrer davantage les continuités que les ruptures qui existent dans nos disciplines pour aller au-delà d’une histoire quelque peu mythifiée et qui ne débuterait qu’avec Robert Busa.

L’objectif de l’atelier est donc de mettre en avant les apports disciplinaires autres que ceux de l’informatique dans la constitution de notre culture numérique ou digitale actuelle dont le caractère transdisciplinaire apparaît comme la résultante d’une diversité de trajectoires que nous espérons pouvoir aider à retracer, notamment pour en faire une histoire commune et pour mieux imaginer ensemble des objectifs communs et un avenir à construire ensemble.

Biblio très indicative et nullement restrictive

  • Blair, A. (2011). Too Much to Know – Managing Scholarly Information before the Modern Age. New Haven Conn. : Yale University Press.
  • Le Deuff, Olivier, Clavert, Frédéric. (2014) « Petite histoire des humanités digitales » in Olivier Le Deuff (dir.) Le temps des humanités digitales, Fyp éditions, p.15-31

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Je reste très perplexe quant à la capacité d’un tel atelier à accoucher d’autre chose que d’une « nouvelle » histoire mythifiée des DH : critiquer le point de repère « Busa » est nécessaire, mais vouloir « montrer davantage les continuités que les ruptures » en postulant que les DH sont indépendantes du phénomène informatique (et donc postuler l’existence même de cette histoire « longue »), c’est un peu abattre le veau d’or pour créer d’autres idoles scintillantes. Ou alors, il faut simplement évacuer les DH de ce titre, et appeler tout ça l’histoire longue des technologies des connaissances…

  2. Le Deuff dit :

    Je pensais justement que tu allais démontrer que tu étais influencé par la longue histoire de la cuisine italienne, mais je comprends que tu ne veux pas tout dévoiler de tes recettes !