Quelles bonnes pratiques pour les offres d’emploi DH?

Proposé par Solène Roulet, Sophie Pène et Frédéric Clavert

Dans un contexte budgétaire de crise, circulent aujourd’hui des offres d’emploi académique dont il ressort que les personnes embauchées en CDD et leur salaire sont devenues des variables d’ajustement au bénéfice d’une rigueur de gestion à visage peu humain. Les durées des CDD – parfois de quelques mois -, les salaires proposés ne correspondent le plus souvent ni aux compétences demandées, ni au revenu minimum élémentaire nécessaire pour vivre dans certaines villes, notamment Paris. Ce type d’offres d’emplois se sont multipliées ces derniers temps et ne semblent plus choquer. Souvent, l’argument avancé est le « mieux que rien ».

Cet atelier se propose de travailler sur de « bonnes pratiques de recrutement ». Ses travaux pourraient s’orienter vers diverses pistes:

  • Repérer et travailler (ou prévoir un travail ultérieur) des données sur des emplois de courte durée (recensement et analyse d’offres publiées, études de cas),
  • Commencer à définir un référentiel public sur ce type d’emplois, afin d’alerter et d’aider les équipes à la fois sur les seuils à ne pas franchir et sur les conditions auxquelles on peut recruter et donner un sens à ce genre d’emplois. Les critères de ce référentiel pourraient concerner: le type d’emploi, la durée du contrat, les salaires (part des salaires dans un budget global), les missions prévues par le contrat et l’accompagnement de la personne afin de prévoir au mieux son après-contrat.

Parmi les résultats de cet atelier, on pourrait:

  • Former un groupe qui continuerait le travail au-delà de l’atelier, y compris pour assurer la publicité des résultats obtenus pendant et après l’atelier,
  • Documenter les travaux menés pendant et après l’atelier par un (ou plusieurs) billet(s) sur le carnet du THATCamp.

Vous aimerez aussi...