Auteur : Olivier Le Deuff

Pour une histoire longue des humanités digitales

Le but de cet atelier est de réaliser une perspective longue des humanités digitales en la faisant débuter dans les siècles passés ou les méthodes de traitement de l’information notamment la constitution des index avait amorcé une tendance de traitement du texte sous forme d’unités nouvelles afin de faciliter l’accès à la connaissance, notamment pour pouvoir la retrouver plus aisément et de manière la plus rapide possible. Ces méthodes de lecture non linéaires furent régulièrement soumises à la critique du fait du caractère non exhaustif. Elles marquaient également une tendance à trouver des moyens efficaces pour parvenir à accéder à la connaissance et à de l’information ciblée dans des contextes où les sentiments de surabondance apparaissaient chez les lettrés des époques antiques, médiévales et modernes, ce que démontre notamment Ann Blair dans son ouvrage Too Much, Too Know.