Projet de ThatCamp Paris 2010

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer?

Il y a plusieurs méthodes. Celle du Congrès et de la Constitution d’une société savante internationale, très classique, me semble inadaptée à la situation. D’abord, parce que la communauté est trop éparpillée, trop fragile, et n’a pas encore identifié ses membres potentiels. Ensuite, parce que l’objet concerné est, par conjoncture, immature et, par nature, dispersé. Structurer vite et fort pourrait avoir pour effet de geler l’état de l’art sur des bases aléatoires, et créer artificiellement de l’obscolescence. Or, nous n’avons pas besoin d’institutionnalisation, mais plutôt d’invention et de co-invention.

THATCamp

Je vous propose donc plutôt une non-conférence. Une non-conférence « générée par l’utilisateur ». D’après Wikipedia, une non-conférence est une « conference where the content of the sessions is created and managed by the participants, generally day-by-day during the course of the event, rather than by one or more organizers in advance of the event.” An unconference is not a spectator event. Participants in an unconference are expected to present their work, share their knowledge, and actively collaborate with fellow participants rather than simply attend ».

Il s’agit simplement d’un événement sur le modèle des barcamps. En France, le Cléo a déjà participé à l’organisation du BookCamp, non-conférence sur le livre numérique organisée par Hubert Guillaud. Nous souhaitons à présent développer un THATCamp. The Humanities and Technology Camp a été inventé pour porter le modèle du Camp, de la non-conférence, dans le domaine des Digital humanities. Le directeur du CHNM, Dan Cohen, m’a autorisé à utiliser ce nom en France. Le nom définitif pourrait être « THATCamp Paris ».

Il aura lieu le 18 et 19 mai à Paris, Bd Raspail, à Paris.

Le séminaire a pour objectif de préparer cet événement, de réfléchir à ses modalités, d’identifier les lignes de force et de fracture des digital humanities, d’identifier les acteurs qui devront être associés à cette non-conférence.

L’événement doit être ouvert, très ouvert, communautaire. La modalité d’inscription et de création des ateliers sera le wiki.

La conférence sera, pour l’essentiel, en anglais. Nous chercherons à disposer de passerelles pour les intervenants n’osant pas parler en anglais, pour traduire en simultané leurs propos. Nous allons formuler des demandes de soutien auprès de plusieurs établissements, français et européens. Idéalement, la non-conférence pourrait déboucher sur un manifeste de digital humanities s’étant réunies à Paris, évoquant les enjeux, et permettant de commencer à proposer un discours collectif et de se doter d’un programme.

N’hésitez pas à nous contacter, si vous souhaitez participer à l’organisation ou à des ateliers qui auront lieu au cours du ThatCamp : contact@revues.org

Cet événement est préparé par le séminaire sur les Digital humanities que Pierre Mounier et moi-même animons à l’EHESS.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search