Atelier : les fonds iconographiques numériques (Stéphane Pouyllau)

CR par Anne-Laure Brissac

Plusieurs points à travailler – à partir d’un constat : les fonds iconographiques (= FI) sont souvent les parents pauvres de l’édition électronique :

– la question juridique tient une place considérable dans toute entreprise de numérisation et valorisation de FI et doit être prise en compte :

  • si les chercheurs ne peuvent faire fi de la législation (quand un fonds appartient à un particulier, on ne peut pas faire ce qu’on veut sans son autorisation…), il faut reconnaître aussi, même pour les documents relevant du domaine public, la disparité de l’harmonisation administrative et/ou juridique (Archives nationales >< archives départementales) et les pratiques abusives des institutions dépositaires auxquelles on se heurte souvent.
  • dans ce cas des solutions sont possibles : utiliser les licences ©© ; utiliser la nouvelle licence ©©0 : http://scinfolex.wordpress.com/2009/03/17/cc0-une-nouvelle-licence-creative-commons-pour-marquer-le-domaine-public-en-ligne/ : « En apposant cette licence un titulaire de droits certifie soit qu’une œuvre n’est plus couverte par aucun droit (appartenance au domaine public), soit qu’il n’entend revendiquer aucun des droits que pourrait lui reconnaître la loi sur l’œuvre » (Silex, blog de Callimaq, billet du 17 mars 2009, consulté le 20 mai 2010). Voir aussi http://owni.fr/2010/03/05/liberons-les-donnees-de-quelques-aspects-juridiques/ (consulté le 20 mai 2010).

Quid des FI en possession des chercheurs mais non indexés par eux ?

  • Un travail militant, de persuasion, est nécessaire pour les amener à « lâcher » leurs images et surtout à les indexer et/ou participer à un travail d’indexation (la description de l’image étant orientée par l’utilisation qu’on veut en faire ensuite) : une image, c’est avant tout des métadonnées auxquelles un fichier est associé : donc inciter les chercheurs à verser leurs images sur FlickR et/ou MediHal ;
  • établir des conventions pour rendre le plus possible accessibles ces FI (ex : établissement d’une convention en cours IFPO/armée)

–  l’accent a été mis sur nécessité de travailler ensemble, chercheurs et ingénieurs, à l’intérieur de la sphère des digital humanities. La question se pose en effet souvent de la façon dont il faut s’y prendre pour se lancer dans la valorisation d’un FI (pour le texte on a la TEI, mais pour l’image… ?)

  • ne jamais perdre de vue l’idée de la nécessaire pérennité et interopérabilité des données
  • coordonner les actions des uns et des autres s’agiss ant de l’utilisation par les chercheurs des fonds
  • faire connaître les FI des labo et des universités

– d’où la nécessité de formations et de bonnes pratiques propres au traitement des FI

Liens

Description de l’atelier


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Je complète l’information donnée lors de l’atelier. Vous trouvez sur le wiki du très grand équipement Adonis un guide des bonnes pratiques numériques que nous avons réalisé, à la demande du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, en décembre 2009. Ce premier travail a été rejoint depuis par d’autres guides sur les données numériques.

    Cordialement,

    Stéphane.