Atelier : Analyse de données en ligne : Quels intérêts et avenir pour les SHS ? (Stéphane Lamassé et Philippe Rygiel)

CR par Thierry Buquet

Présentation

Une équipe d’historiens de l’université de Paris I propose la création d’un logiciel libre de statistiques et d’analyse quantitative de données historiques, proposé sur une forge publique, dans le cadre d’un développement collaboratif. L’idée est de réaliser un outil plus facile à utiliser que la référence de l’outil statistique en sciences « exactes », le logiciel « R », plutôt complexe à utiliser pour un non informaticien. Il y a trop peu d’investissement des équipes SHS dans le développement de R, où l’on trouve de très nombreuses librairies produites par des équipes scientifiques de disciplines très diverses. En contrepartie, ce modèle de développement de logiciel libre conduit à un émiettement des outils. Il s’agirait donc de produire un outil plus facile à appréhender par la communauté SHS.

Au delà des questions purement techniques et informatiques, l’équipe représentée par MM Lamassé et Rygiel pose comme enjeu l’importance d’une réflexion à mener sur l’utilisation et l’appropriation par les chercheurs de l’analyse quantitative en sciences humaines. Leur projet souhaite accompagner la création d’outils informatiques d’une réflexion épistémologique sur les méthodes de travail en SHS, en confrontant les points de vue des différentes disciplines sur l’étude quantitative des sources.

La question des métiers

L’écriture d’un logiciel peut être freinée par les questions matérielles et institutionnelles. Elle demande des collaborations nouvelles entre chercheurs, informaticiens et statisticiens, avec de grands besoins de formation. La division actuelle du travail entres ingénieurs et chercheurs peut poser problème, car l’ingénierie n’est pas reconnue comme un travail scientifique, alors qu’elle participe pleinement, à travers une redéfinition des méthodes d’analyse, à une réflexion de fonds sur la nature même des données. En sciences exactes, le développement de R et de librairies spécifiques débouche régulièrement sur la publication d’articles, d’ouvrages, de blogs et de manuels. L’atelier appelle à une meilleure reconnaissance du travail d’ingénierie en SHS. Dans le même ordre d’idée, le travail « technique » du chercheur doit être plus reconnu, pour sortir du rôle exclusif d’ « auteur » dans lequel son évaluation le limite trop souvent .On constate qu’il y aura trois types d’intervenants : des chercheurs-utilisateurs, des développeurs d’outils, et des chercheurs ou ingénieurs en Digital humanities, à la croisée des deux mondes. Dans ces nouveaux métiers à double compétence, les rôles de médiation, formation et transmission sont essentiels. Alors qu’on commence à recruter des enseignants-chercheurs en Digital humanities en France et à l’étranger, la question est plus complexe pour les ingénieurs, où l’on confond trop souvent statut administratif, compétences techniques et métiers, alors que la part d’expertise scientifique des ingénieurs Digital humanities n’est pas assez reconnue.

Exposer les données

Les outils statistiques permettent d’avoir une nouvelle lecture des sources et de vérifier des hypothèses scientifiques par des données chiffrées. Encore faut-il pouvoir accéder à ces données : les outils d’exploitation existent mais la tentation des institutions productrices est souvent celle de la fermeture et du cloisonnement, et ce dans une très grande hétérogénéité technique. Les chercheurs SHS ont aussi parfois tendance à garder leurs sources comme un « trésor » qu’ils ne veulent pas souvent ouvrir à la communauté scientifique ; ils ne sont pas toujours prêts à soumettre leur travail à une vérification chiffrée… Peut-être faudrait-il obliger ou inciter chaque thésard à déposer ses sources, fichiers, bases de données. Dans la pratique, on constate que les données issues d’un travail collectif sont plus facilement diffusées et exposées. Le travail collectif peut apporter beaucoup en termes scientifiques et méthodologiques. L’atelier appelle donc à de nouvelles collaborations entre métiers et disciplines.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Lou Burnard dit :

    Si je l’ai bien compris il y a des ressemblences fortes entre ce qu tu proposes la et ce que l’equipe Textometrie est deja en train de mettre en place. Voir https://sourceforge.net/projects/textometrie/

  2. Du peu que j’en sais, Textométrie concerne plutôt la linguistique et la lexicométrie, alors que le projet Analyse de Paris I s’adresse d’abord aux historiens, ne concerne pas spécifiquement l’analyse des textes mais aussi toute donnée chiffrée (comptes, population, etc) pouvant amener à une évaluation quantitative.

  1. 26 mai 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Frédéric Clavert, FCL and thatcampparis, Thierry Buquet. Thierry Buquet said: Mon compte rendu d’atelier #Thatcamp #tcp : Analyse de données en ligne http://tcp.hypotheses.org/377 […]