Atelier : Les archives orales et le web (Véronique Ginouvès et Frédéric Clavert)

CR par Véronique Ginouvès et Frédéric Clavert

Par Aline Dang, licence CC

Cet atelier a fait écho à l’atelier du matin sur les archives de chercheur (Pont supérieur, mené par Marin Dacos). À propos de la source orale, il est toujours étonnant de remarquer que si les bibliographies sont observées à la loupe, les publications qui s’appuient sur des entretiens ne permettent jamais, ou rarement, l’écoute des enregistrements. La vérification ou tout simplement leur accès ne paraît pas nécessaire. Pourtant, lors de la déclaration de Berlin, la question du dépôt de la source des chercheurs était déjà mise en avant mais les discussions se sont focalisées sur le libre accès aux résultats de la recherche.

Les premières questions des participants à l’atelier ont porté sur les innovations dans le traitement de ce type de document (Marin Dacos) qui s’avère particulièrement coûteux en terme de temps d’analyse. Difficile de se déplacer dans une archive orale facilement : « l’écoute rapide » n’existe pas et pour pouvoir feuilleter, annoter un document sonore il faut pouvoir afficher un sonogramme ou une transcription pour repérer les moments qui nous intéressent. Tout travail sur le son implique un travail en temps réel, d’une durée incompressible puisqu’il s’agit d’une information continue. Les projets d’exploitation ou de valorisation des entretiens doivent prendre en compte ce type de contrainte. Des projets existent pour faciliter les accès individuels et sociaux aux documents sonores. Parmi eux, TELEMETA, soutenu par le TGE Adonis. Cette application a pour objectif l’archivage, l’analyse, l’encodage et l’encapsulation des métadonnées des fichiers sonores de terrain. Ce projet envisage aussi de proposer des outils sociaux pour cette source. L’IRCAM travaille également sur la création d’outils de lecture qui permettent des annotation au fil du sonogrammes. L’Ina bien-sûr utilise des outils d’analyse documentaire qui permettent facilement de créer des séquences et de les documenter (Jean-Luc Pinol) mais les outils créés sont propriétaires et inaccessibles à de petits laboratoire. Quand à la question des outils de reconnaissance de la voix, il en existe plusieurs (le plus utilisé par les chercheurs est DRAGO) mais il nécessite pour obtenir une transcription automatique de qualité, une reconnaissance vocale minimale. Or, les témoins enregistrés sur les terrains ethnographique sont souvent loin des normes de vocalisation, ils s’expriment avec des accents régionaux ou peuvent employer des langues rares.

La discussion s’est orientée sur l’importance de la description du contexte de l’entretien, fondamental pour porter un regard critique sur l’archive. L’information sur la méthode de production des entretiens est décisive si on veut pouvoir les revisiter. Il semble que l’Ina attende beaucoup des compétences des chercheurs pour créer des collections sonores thématiques (Jean-Luc Pinol) comme le projet Repères Méditerranéen, bâti en collaboration avec le laboratoire TELEMME. Le mouvement des archives orales touche aussi les archives départementales (Pierre Vernus) qui se sont lancées dans la réalisation d’entretiens enregistrés ou filmés de façon exponentielle. Or, il n’existe pas de coordination nationale sur les archives sonores et leur cartographie est complexe. Il serait vraiment productif dans ce domaine que les acteurs s’associent car les métiers sont nombreux depuis la collecte à la valorisation. La valorisation de ces archives et leur médiation auprès de la société civile sont des éléments importants qu’il ne faut pas oublier [Patrick Pécatte http://blog.tuquoque.com/]. En effet, la demande est forte du côté du public: la parole des anonymes enregistrés est aussi celle de ceux qui ont souhaité transmettre oralement une histoire dont les traces écrites manquent trop souvent cruellement.

Autour des usages de la source orale, il y a une demande de diffusion de «bonnes pratiques». Celles-ci pourraient être établies collectivement, en étant vigilant qu’elles servent bien à la transmission de savoir-faire. Certaines sont apparues au cours de la discussions :

  • La nécessité de décrire le contexte de l’entretien, sans omettre le statut de la personne qui interroge, le contexte du site, le contexte technique (informer la méthode);
  • Les différents métiers impliqués dans un entretien et dans la chaîne de son traitement doivent être pris en compte;
  • Comme il existe HAL (http://hal.archives-ouvertes.fr/) pour les articles scientifiques, MediHAL (https://medihal.archives-ouvertes.fr/) pour les images, un dépôt des archives sonores pourrait être créé ;
  • Dans la création d’un corpus sonore, certaines informations minimales pourraient être listées ;
  • Le retour réflexif sur les archives sonores (conférences, colloques, etc) doit pouvoir être facilité par l’accès aux sources.

Pour le Manifeste, ce qui est retenu par cet atelier:

  • Les archives orales sont une bonne illustration de l’utilité des bonnes pratiques (notamment donner le Contexte), si ne mènent pas à un conservatisme;
  • La question du contexte, avec extension numérique: pour toutes les sources, y compris le code doit être prise en compte. Il faut documenter l’archive mise à disposition;
  • Les archives sonores s’inscrivent dans une approche culturelle plus globale: enrichir des instruments comme wikipedia, youtube. Les DH peuvent être médiateur entre sciences et société.

(Pour voir le texte préparé par Véronique Ginouvès et Fédéric Clavert avant l’atelier, suivez ce lien).


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Bonjour, TELEMETA est en cours d’installation sur la grille de serveurs du TGE ADONIS au centre de calcul de l’IN2P3 (Villeurbanne). Elle sera proposé à partir d’oct./nov normalement. De plus, les TELEMETA est aussi un entrepôt OAI-PMH qui permet d’exposer selon ce protocole plusieurs flux XML structuré en Dublin Core.
    Pour la construction d’une archive ouverte sonore, il faut lancer les travaux avec le CCSD et pourquoi le TGE ADONIS.

    Cordialement,

    Stéphane.

  1. 14 juillet 2010

    […] This post was mentioned on Twitter by Nicolas Barts, Jean-Pierre Masse. Jean-Pierre Masse said: THATCAMP : Les archives orales et le web http://tcp.hypotheses.org/427 #DH […]